fr
en +33 (0)3.20.53.74.55 contact@verbrugge.fr 16 bis, Rue de l’Epinoy, 59175 TEMPLEMARS

Verbrugge opère un transfert nickel-chrome

Verbrugge opère un transfert nickel-chrome

 

Templemars. Le spécialiste en revêtement mécanique a quitté un local obsolète de Lille Sud pour une usine dernier cri. De quoi aller chercher 50% d’activité en plus.

 

« Ca fait cinq ans qu’on est dessus, la nouvelle ligne tourne, c’est le bonheur maintenant ! » Jean-Louis Verbrugge ne cache pas sa satisfaction. Le petit-fils du fondateur de l’entreprise de revêtement de pièces (chromage, nickelage, anodisation…) vient de finaliser un investissement de 6 M€ pour se doter d’une nouvelle usine à Templemars, labellisée French Fab et industrie du futur. L’enjeu était de taille pour cette entreprise classée, installée à Lille dans des locaux vieillissants et impossibles à étendre, à l’heure où la législation française est toujours plus stricte face aux enjeux environnementaux. Ainsi le chromage, réalisé jusque-là à partir de chrome 6, jugé assez toxique, doit-il s’arrêter en 2024 au profit d’une substance plus neutre, le chrome 3. Une subtilité certes technique mais lourde de conséquence. Beaucoup d’acteurs arrêtent ou ralentissent cette activité, mais Verbrugge a choisi d’investir, notamment en R & D, pour continuer à proposer ce revêtement. La société élargit en outre son panel de prestations, avec une multiplication des postes de nickelage, mais aussi du pré et du post-traitement.

« Et on laisse aussi des trous dans la ligne de production si nous avions besoin d’intégrer des process complémentaires », décrit Jean-Louis Verbrugge.

La nouvelle configuration du site va permettre à l’entreprise de traiter des grandes séries, ce qui lui ouvre grandes les portes de l’industrie automobile, spécialement le véhicule électrique. Le dirigeant mise sur une augmentation de 50% de l’activité sous trois ans, permettant de porter le chiffre d’affaires de 4 à 6 M€. L’effectif pourrait quant à lui passer de 42 salariés (tous ont suivi le transfert à Templemars) à une cinquantaine.

Le site lillois est quant à lui en cours de cession à l’Etat, en vue d’une transformation résidentielle