Chrome 6 ? Chrome 3 ? Nickel-Chrome 3Mille !2019-02-07T15:36:25+00:00

Chrome 6 ? Chrome 3 ? Nickel-Chrome 3Mille !

L’usage du chrome hexavalent ne sera vraisemblablement plus autorisé en Europe après septembre 2024 (peut-être avant).

Le chrome trivalent semble s’imposer comme substitut au chrome hexavalent, il faut s’y impliquer !

Comment terminer dans de bonnes conditions environnementale et réglementaires la fin de vie du Cr6 ?

Comment être prêts rapidement pour intégrer la technologie du chrome 3 ?

Et bien en faisant notre nouvelle ligne « Nickel-Chrome 3 Mille », une ligne mixte Cr6/Cr3 (et nickel) polyvalente et moderne.

Demande de renseignements
L’usage du chrome hexavalent interdit après 2024 ?

Eco-responsabilité et développement durable sont deux notions indissociables d’une politique qualité moderne et compétitive d’un industriel de la chimie.

REACH est un règlement de l’Union européenne adopté pour mieux protéger la santé humaine et l’environnement contre les risques liés aux substances chimiques, tout en favorisant la compétitivité de l’industrie chimique de l’UE.

L’annexe XIV du règlement REACH soumet l’utilisation de certaines substances à autorisation. Le Chrome Hexavalent, ou « Chrome 6 », ou « trioxyde de chrome » en fait partie. Il s’agit de la matière première pour le procédé de Chromage Dur. C’est un procédé largement utilisé dans bon nombre d’applications pour ses propriétés spécifiques. Cela consiste à réduire électro-chimiquement un sel de chrome hexavalent en chrome métallique sur la pièce client.

« Sous sa forme métallique, le chrome n’est absolument pas toxique et est même considéré comme alimentaire ! »

La société Verbrugge a déposé, via le consortium CTAC, un dossier UPSTREAM qui est étudié par l’ECHA pour le trioxyde de chrome dans le cadre du chromage dur.

Depuis Septembre 2017 et suivant les durées recommandées par le comité d’évaluation des risques, les règles seraient les suivantes (sous réserve du vote définitif de la commission) :

Autorisation jusqu’à septembre 2024 (au mieux) …

– … sous réserve d’approvisionnement de la substance auprès d’un fournisseur disposant d’un numéro d’enregistrement,

– en se conformant aux consignes d’utilisation de la substance décrites dans l’autorisation qui sera délivrée,

– et en poursuivant la recherche de solutions alternatives…

Le chrome trivalent semble s’imposer comme substitut au chrome hexavalent, VERBRUGGE s’y implique !

Le revêtement de chrome dur à partir de sel de chrome trivalent, depuis longtemps attendue, revient sur le devant de la scène. Etudié sérieusement depuis 2013 par les industriels, il revient et s’impose comme une alternative crédible, polyvalente et compétitive.

– C’est le même matériau qui protège vos pièces : du chrome !

– C’est la même technologie de réduction d’un sel de chrome par électrolyse, technologie maîtrisée chez Verbrugge depuis 1941 !

– La chimie employée est non toxique, non classée dans l’annexe XIV de l’ECHA.

– Les caractéristiques du dépôt se rapprochent chaque jour un peu plus du chrome dur actuel (hexavalent).

Nos équipes de recherche et développement s’activent pour maitriser ce nouveau procédé afin de vous accompagner dans cette transition durable.

Barre chromée avec un chrome hexavalent

Barre chromée avec un chrome hexavalent

Barre chromée avec un chrome trivalent

Barre chromée avec un chrome trivalent

Comment être prêts rapidement pour intégrer la technologie du chrome 3 ? En réalisant notre programme « Nickel-Chrome 3 Mille », une ligne mixte Nickel/Cr6/Cr3 polyvalente et moderne !

« Une stratégie de développement durable et d’efficacité énergétique permet d’accroitre la compétitivité. »

Initié en 2016, en partenariat avec de nombreux acteurs régionaux (écoles, laboratoires publics et privés…), le projet Nickel-Chrome 3 Mille a pour objectif de mettre à votre disposition un atelier high-tech intégrant une ligne mixte intégrant le nickel chimique, le Chrome 6 et le Chrome 3 dès septembre 2020.

Afin d’anticiper l’avenir, Verbrugge intègre déjà une unité de chromage dur par le chrome trivalent pour mieux en maîtriser la technologie et parfaire ses caractéristiques.

Notre société est membre du projet CRONOS 2024 (ChROme hard New generatiOn Solutions by 2024) en partenariat avec l’IRT M2P (Institut de Recherche Technologique Matériaux, Métallurgie et Procédés).