Chrome 6 ? Chrome 3 ? Chrome 3.000 ! 2018-01-04T19:04:58+00:00

Chrome 6 ? Chrome 3 ? Chrome 3.000 !

L’usage du chrome hexavalent est autorisé par l’Europe jusque septembre 2024. Les autorisations seront renouvelables…

Le chrome trivalent semble s’imposer comme substitut au chrome hexavalent, il faut s’y impliquer !

Comment terminer dans de bonnes conditions environnementale et réglementaires la fin de vie du Cr6 ?

Comment être prêts en 2024 pour intégrer la technologie du chrome 3 ?

Et bien en faisant chrome 3.000, une ligne Cr6 moderne « trivalent-ready » !

Demande de renseignements
L’usage du chrome hexavalent est autorisé par l’Europe jusque septembre 2024. Les autorisations seront renouvelables…

Eco-responsabilité et développement durable sont deux notions indissociables d’une politique qualité moderne et compétitive d’un industriel de la chimie.

REACH est un règlement de l’Union européenne adopté pour mieux protéger la santé humaine et l’environnement contre les risques liés aux substances chimiques, tout en favorisant la compétitivité de l’industrie chimique de l’UE.

L’annexe XIV du règlement REACH soumet l’utilisation de certaines substances à autorisation. Le Chrome Hexavalent, ou « Chrome 6 », ou « trioxyde de chrome » en fait partie. Il s’agit de la matière première pour le procédé de Chromage Dur. C’est un procédé largement utilisé dans bon nombre d’applications pour ses propriétés spécifiques. Cela consiste à réduire électrochimiquement un sel de chrome hexavalent en chrome métallique sur la pièce client.

« Sous sa forme métallique, le chrome n’est absolument pas toxique et est même considéré comme alimentaire ! »

La société Verbrugge a déposé, via le consortium CTAC, un dossier UPSTREAM qui est étudié par l’ECHA pour le trioxyde de chrome dans le cadre du chromage dur.

Depuis Septembre 2017 et suivant les durées recommandées par le comité d’évaluation des risques, les règles sont les suivantes :

Autorisation de 7 ans minimum avec prolongation au-delà sous réserve de déposer un nouveau dossier de demande d’autorisation

Approvisionnement de la substance auprès d’un fournisseur disposant d’un numéro d’enregistrement

Notification de l’utilisation de la substance à l’ECHA

Utilisation de la substance conformément aux conditions décrites dans le dossier d’autorisation

Poursuite de la recherche de solutions alternatives

l’ECHA est consciente que de nombreux secteurs d’activités sont utilisateurs et qu’il n’y a pas encore de substitue légitime mis au point.

Aujourd’hui, Verbrugge a l’autorisation de continuer à exploiter le chrome hexavalent afin de chromer vos pièces au moins jusqu’en 2024! Nous travaillons avec un fournisseur possédant un numéro d’enregistrement et nous appliquons les conditions opérationnelles et les mesures de gestion de risque décrites dans la demande d’autorisation du CTACSub.

Le chrome trivalent semble s’imposer comme substitut au chrome hexavalent il faut s’y impliquer

A ce jour plusieurs alternatives au chromage dur sont étudiées. Le revêtement à base de sel de chrome trivalent revient naturellement :

C’est le même matériau qui protège vos pièces : du chrome !

C’est la même technologie de réduction d’un sel de chrome par électrolyse.

La chimie employée est non toxique, non classée dans l’annexe XIV de l’ECHA

Nous maitrisons la technologie des revêtements électrolytique depuis 1941 !

Le revêtement de chrome dur à partir de sel de chrome trivalent, depuis longtemps attendue, revient sur le devant de la scène. Etudié sérieusement depuis 2013 par les industriels, il revient et s’impose comme une alternative crédible, polyvalente et compétitive.

Epaisseurs de quelques micromètres à plusieurs centaines de micromètres.

Dureté élevée en sortie de bain > 750 Hv

Résistance à l’usure Taber équivalente

Résistance en corrosion avec sous couche de nickel

Nos équipes de recherche et développement s’activent pour maitriser ce nouveau procédé afin de vous accompagner dans cette transition durable.

Barre chromée avec un chrome hexavalent

Barre chromée avec un chrome hexavalent

Barre chromée avec un chrome trivalent

Barre chromée avec un chrome trivalent

Comment être prêts en 2024 pour intégrer la technologie du chrome 3 ? Et bien en faisant chrome 3.000, une ligne Cr6 moderne « trivalent-ready » !

« Il y a moment où les contraintes de la société et de la planète vous rattrapent »

Une stratégie de développement durable et d’efficacité énergétique permet d’accroitre la compétitivité.

Initié en 2016, en partenariat avec de nombreux acteurs régionaux (écoles, laboratoires publics et privés…), le projet Chrome 3 000 a pour objectif de mettre à votre disposition un atelier high-tech intégrant une ligne de Chrome 6 moderne et « Trivalent-Ready » d’ici 2020.

Afin d’anticiper l’avenir, cet outil industriel sera capable d’intégrer notre procédé de Chromage Dur actuel, au Chrome hexavalent, et notre procédé futur, au Chrome trivalent.

Plusieurs études pertinentes ont été réalisées : …

– Cartographie des flux énergétiques

– Entreprise connectée, en lien direct avec le client

– Ligne de chromage robotisée, automatique et polyvalente

– Simulation des procédés de revêtements électrolytiques

Nous travaillons en étroite collaboration avec des industriels et des chercheurs sur la mise au point et l’exploitation du procédé de chromage dur au chrome trivalent.

Face à ce challenge à la fois technique, éco-responsable et nécessaire, Verbrugge s’engage à vous proposer une transition sereine et vous garantir la meilleure continuité de service possible !